25
Oct

La consommation électrique des ménages

Fin du mois, l’heure de la vérité : la vérité sur toutes les consommations cumulées, la vérité sur toutes les dépenses du foyer, dont la consommation électrique. Pour la facture d’électricité, une enquête a récemment révélé que celle-ci n’a de cesse d’augmenter en France. Devient-on plus nombreux ou ce sont nos besoins qui augmentent ? Comment gérer les dépenses en électricité pour réduire les dépenses et économiser l’énergie par la même occasion ?

consommation-electrique

A la cause de l’explosion du kilowattheure

Si nos factures d’électricité deviennent si lourdes, c’est en partie à cause de la technologie. L’invasion du numérique dans les foyers entraînent un boom sur la consommation électrique. En effet, en l’espace d’un an (entre 2012 et 2013), le nombre de tablettes, de téléphones portables et d’ordinateur ont doublé. Une tendance qui semble continuer de bon train et qui entraîne une augmentation d’environ 2,4% sur la consommation électrique de chaque foyer.

D’un autre côté, il faut également noter que notre confort a du prix. Lors des rudes soirées d’hiver ou des matinées enneigées, il est hors de question de se passer de notre système de chauffage électrique, y compris le chauffe-eau. Pourtant, un chauffage électrique consomme quelques 13 milliards de joule par mois. Evidemment, cela se fera sentir au moment de payer la facture.

Comment consommer moins ?

Oui, il est tout à fait possible de réduire la consommation en électricité sans pour autant se passer du confort du luxe auquel on est attaché. Une alternative à l’usage de l’électricité consiste à opter pour du gaz naturel ou du chauffage en bois. En plus d’être plus écologique, cela nous fait des dépenses en moins. En outre, il convient également de choisir les matériels affichant une faible consommation en énergie. En vous référant à un site de vente d’équipement électrique comme Elecdistribution, vous pouvez facilement trouver des appareils suivant les nouvelles normes en matière de consommation d’énergie et les équipements qui peuvent aider à réduire vos dépenses en électricité.

Et si on économisait ?

A l’heure où l’on prône la préservation de l’écosystème, c’est le moment ou jamais de s’engager pour la cause de l’écologie. Il existe des astuces pour mieux gérer la consommation sur le site de l’ademe, mais nous en proposerons aussi quelques-unes dans cet article.

Pour commencer, vérifiez l’état de votre réfrigérateur et de votre congélateur, car un thermostat qui ne fonctionne pas correctement peut faire grimper votre consommation en flèche. Ensuite, pensez à les installer dans une pièce à température ambiante, loin des fours, du feu, du radiateur. En effet, la chaleur pousse le moteur de ces appareils à fonctionner de manière plus intense.

Pour la lessive, autant que possible, pensez à régler la machine à laver à 40°C au maximum. Cela vous fera économiser plus de 25%. Sinon, il convient de bien remplir le tambour pour faire tourner la machine, car cela réduit le nombre de cycle de lavage. Après la lessive, pourquoi ne pas revenir au naturel et faire sécher les linges sous le soleil et à l’air libre ? En plus de vous faire économiser plusieurs kilowattheures, cela vous aidera à préserver la qualité des tissus.

Enfin, un geste tout simple, qui peut relever de l’évidence, mais qu’on oublie parfois : retirez les raccordements électriques quand les appareils ne sont pas en marche. Sachez que même le mode veille des appareils ne signifie pas une mise hors tension.

27
Jan

Le marché de la moto en Europe

Le marché européen de la moto se porte plutôt bien. Il a augmenté en volume de 4,4 %. Une petite ombre au tableau cependant : les ventes sont en baisse en France.

29

Un marché européen en hausse

marché européen en hausse.

Les commerçants de motos des pays européens peuvent se réjouir : Les ventes de motos neuves ont nettement augmenté pendant la période se situant entre janvier et septembre 2015, si l’on compare les résultats avec ceux de la même période de l’année 2014. En pourcentage, cela donne 4,4 % d’augmentation du marché des 2 et 3 roues, selon le rapport annuel de l’association des constructeurs et importateurs européens (Acem).

Durant la période précitée, 1.010.413 véhicules se sont vus immatriculés au niveau de l’Union Européenne, alors qu’en 2014 le nombre de motos immatriculés n’était que de 967.368 motos au cours de la même période.

Les résultats pays par pays montrent que c’est l’Espagne qui a enregistré la plus grosse hausse, vu qu’elle a immatriculé 116.475 véhicules, ce qui représente un gain de 19,9 % par rapport aux trois premiers trimestres de l’année 2014. Vient ensuite le Royaume Uni avec 94.248 immatriculations soit +12,3 %, suivi par l’Italie avec 168.831 immatriculations et l’Allemagne qui enregistre 161.484 véhicules immatriculés.

La France, un cas à part

Si la France demeure le leader des pays vendeurs de motos avec 196.434 véhicules immatriculés en 2015, elle fait toutefois moins bien qu’en 2014 et est en recul de 2,6 % par rapport à cette période. Le marché tricolore a ceci de particulier. Ses clients sont des fans de scooters de 50 cm3 de cylindrée. Les deux best-sellers sont le Peugeot Kisbee et le Piaggio Zip 2 T. Mais parmi les dix meilleures ventes françaises figurent également 3 scooters de 50 cm3 : Le Kymco Agility, le MBK Booster et le Sym Orbit.

En dehors des scooters, la moto à être la plus appréciée en France, est la Yamaha MT-07 qui monte sur la troisième marche du podium. Par ailleurs, c’est le seul pays de l’union qui semble vraiment apprécier la Piaggio MP3 500 LT ABS/ ASR. Ce tricycle motorisé occupe le 4eme rang des ventes.

Un marché des plus contrastés

La chose qui frappe le plus lorsque l’on regarde les résultats dans les pays les plus gros consommateurs de motos, c’est que les pays du Sud de l’Europe sont plutôt friands de scooters et que les pays du Nord apprécient plus particulièrement les grosses machines.

scooter

En Espagne par exemple, il n’apparait aucune moto dans le top 10 des ventes. En ce qui concerne l’Italie, c’est le même son de cloche. Les scooters sont à l’honneur ; seule la BMW R1200GS se hisse au septième rang. Les neuf autres places sont détenues par des scooters dont trois grandes roues nippones aux trois premières places. Ce sont dans l’ordre : le Honda SH150AD, le Honda SH300 et enfin le Honda 125AD.

A contrario, en dehors du Vespa GTS 300 Super qui arrive à la deuxième place, L’Allemagne ne semble pas beaucoup aimer les scooters. Elle préfère de loin les gros cubes dont six d’entre eux figurent dans le top 10 allemand. Le Royaume Uni quant à lui fait la part des choses. Il classe 4 motos de 125cm3 dans les dix premiers, mais les scooters citadins nippons ne sont pas en reste. L’incontournable Honda a droit aux honneurs en plaçant trois d’entre eux dans le top 10 britannique.

L’équipement moto en pleine croissance

Le marché de l’équipement moto se porte bien également. Ainsi, les constructeurs d’équipement et accessoiristes vendent autour de 5 millions de casques en Europe et autour 800 000 en France. Le marché est en renouvellement permanent car un casque de moto se change en moyenne tous les 5 ans. Les spécialistes du casque moto peuvent se réjouir.

16
Nov

Le marché des animaux de compagnie se porte bien

animaux de compagnie

Chaque année, on constate que les Français font de plus en plus de dépenses pour leurs chats, chiens, lapins, serpents et autres animaux de compagnie, si bien que ce marché représente actuellement un chiffre d’affaire annuel de plus 4 milliards d’euros.

La compagnie des animaux très en vogue

Des études ont démontré qu’actuellement, près de la moitié des ménages français possèdent un animal de compagnie. Les chats sont ceux qui connaissent le plus de succès (environ 112 millions de chats), suivis de près par les chiens (environ 8 millions).

Pour un chat, on dépense en moyenne 600 € par an. Pour un chien, le budget peut s’élever jusqu’à 800 € en moyenne. Ces sommes sont en grande partie liées aux dépenses pour l’alimentation, mais on a aussi les accessoires et l’hygiène. Les propriétaires d’animaux achètent ces accessoires dans les magasins pour animaux traditionnels et de plus en plus dans des animaleries en ligne comme Dandyspet.com

La nourriture

pet food

La nourriture représente à elle seule près des 2/3 des dépenses. En effet, de nos jours, on ne se contente plus de donner les restes du midi à son animal favori. On investit de plus en plus dans de la nourriture industrielle des grandes marques comme Nestlé, Friskies, Felix ou encore Royal Canin.

Ainsi, le business du Pet Food est depuis quelques années devenu extrêmement rentable, avec parfois des marges pouvant atteindre 20%. Les offres se diversifient. On retrouve sur le marché des granulés avec des caractéristiques bien spécifiques : granulés pour hiver ou pour été, pour des animaux jeunes ou vieux, petits ou gros, à poils longs ou ras….

Ces produits sont bien sûrs vendus à des prix plus ou moins chers. Il n’est pas rare de retrouver de la nourriture pour chien plus onéreuse que celle pour bébé. Le plus étonnant, c’est que les gens sont de moins en moins nombreux à s’en offusquer, c’est devenu « normal ».

Les dépenses vétérinaires

On accorde toujours plus d’attention à nos animaux, et on se préoccupe particulièrement de leur santé. En près de 10 ans, les dépenses vétérinaires ont augmenté de plus de 70% ! Les propriétaires sont de plus en plus nombreux à acheter des psychotropes pour leurs animaux déprimés. L’industrie pharmaceutique réalise alors un chiffre d’affaire annuel supplémentaire de quelques milliards d’euros également.

Mais les sources de dépenses pour les soins et le bien-être des animaux ne se limitent plus aux vaccins et aux antidépresseurs. On trouve actuellement des psychologues pour animaux, des clubs de gym et de remise en forme et même des chirurgiens esthétiques pour animaux ! Bien sûr, ce ne sont pas tous les propriétaires qui osent se lancer dans de telles dépenses. En général, ce sont les maîtres bien à l’aise financièrement qui se permettent d’offrir ce genre de luxe à leurs animaux de compagnie.

La technologie au service de nos amis les bêtes

lanceur de balles automatique pour chien

L’homme n’est pas le seul à bénéficier des bienfaits des nouvelles technologies. En effet, les ingénieurs et autres industries ont senti qu’il y avait une carte à jouer avec les animaux. On retrouve actuellement divers gadgets connectés destinés à divertir nos chats ou nos chiens, comme cette fameuse balle que l’on peut, grâce à son smartphone et une caméra, lancer à distance. Ainsi, on peut surveiller notre chien de notre lieu de travail : si l’on constate qu’il s’ennuie, on pourra alors jouer avec lui à distance.

De nos jours, même les chiens ont leurs propres réseaux sociaux dédiés. On peut citer en exemple Chabadog, un site de rencontre qui permet de trouver un partenaire de reproduction (essentiellement) ou de jeu.

22
Juin

La baisse de la consommation en hypers et supermarchés

Les consommateurs ont commencé à bouder les hypermarchés et les supermarchés. Ce phénomène est dû à plusieurs facteurs, dont les principaux sont le pouvoir d’achat et la crise économique. Les hypermarchés sont-ils appelés à disparaître, voire se réorganiser ?

La recrudescence des commerces de proximité

Il est désormais de notoriété publique que les hypermarchés n’attirent plus autant les clients. D’un côté, cela provient de la politique de prix des hypermarchés et des supermarchés qui ne plaisent pas aux clients. Mais d’un autre côté, il faut également considérer un contexte de crise dans ce renouveau des marchés. En effet, les ménages n’ont plus le temps de passer beaucoup de temps dans les hypermarchés : pour faire leurs courses, ils vont directement dans les commerces de proximité afin de gagner du temps.

De plus, les prix pratiqués n’affichent pas de grandes différences, ce qui a tendance à pousser les clients peu à peu dans les bras des commerces de proximité. Ces derniers voient en effet leurs chiffres d’affaires en progression nette de plus de 10 % en moyenne. Désormais, lorsque les ménages vont dans les hypermarchés ou les supermarchés, ils y vont pour acheter un produit précis, et non pour y faire les provisions comme il y a quelques années.

Les marchés bio attirent de plus en plus de monde

Qui l’eut cru ? Les marchés bio commencent à trouver leur public. En effet, de plus en plus de Français se sont tournés vers les marchés bios malgré leurs prix qui sont légèrement au-dessus de la moyenne et prfèrent choisir des produits de qualité sous un parasol forain que de faire la queue dans le rayon bondé d’un hyper pour des produits souvent de qualité moindre. Évidemment, la bonne santé a un prix et les Français l’ont bien compris. Il faut savoir en effet qu’en 2012, le marché des produits bio a atteint le chiffre astronomique de 3,7 milliards d’euros en 2012. Par rapport à l’année 2010, il y a donc eu une hausse de 0,4 milliard. Les entreprises bio ont relevé un défi : celui de faire face à la crise et d’inciter les Français à consommer bio pour avoir une meilleure santé.

Les surgelés et les conserves ont certes encore de nombreux aficionados, mais un renouveau des marchés est bel et bien en marche. La France commence alors à trouver sa place parmi les pays qui pratiquent l’agriculture biologique dans le monde. Par ailleurs, l’on a recensé entre 2008 et 2010 plus de 1500 nouveaux produits alimentaires et boissons biologiques. La demande est en effet en constante hausse, tous les ans.

Les hypermarchés se battent pour subsister

Depuis quelques années, les hypermarchés et les supermarchés se débattent et font tout leur possible pour regagner leurs clients. Pour cela, ils s’orientent presque tous vers les formules de promotions en tous genres. Certaines enseignes profitent d’ailleurs de la rentrée scolaire pour attirer la clientèle : si Auchan a lancé l’opération 100% rentrée, les hyper U ont quant à eux misé sur l’opération « boom des économies ».

Même le géant Carrefour qui occupe la place de numéro un parmi la grande distribution de l’Hexagone a dû recourir à cette méthode. Il a alors lancé une campagne de distribution de carnets de chèques-cadeaux d’une valeur de cent euros pour leurs clients. En tout, ce sont 130 millions de chèques-cadeaux qui ont été distribués dans les 232 hypermarchés Carrefour en France. Cette opération a coûté 1,3 milliard d’euros à l’enseigne, mais elle estime que cela est un mal nécessaire pour faire revenir les clients et combattre le phénomène commerce de proximité.

27
Avr

L’évolution du marché des produits capillaires

Les produits capillaires représentent dans le monde la cosmétique un marché dynamique mais en revanche plutôt exigeant. Avec l’arrivée de la crise économique, comme pour tous les secteurs d’activité, le marché des produits capillaires a lui aussi connu une perte de vitesse.

Reprise du marché à coup d’innovations révolutionnaires sur les produits capillaires

De tous les segments du marché des produits capillaires, le shampooing a plutôt tendance à détenir la plus grosse part de ce marché. Mais c’est sans compter avec l’apparition de plusieurs autres segments qui sont accompagnés de techniques toujours plus innovatrices dans leur conception. Entre autres, la coloration, les soins en tout genre et dernièrement le lissage ont contribué à la redynamisation de ce marché qui s’est un peu essoufflé.

Des produits aux formules encore plus rapides et efficaces

Les produits capillaires ont évolué, ce qui a entraîné également une évolution à la hausse du marché capillaire. Les fabricants ont misé sur le gain de temps, les formules professionnelles efficaces, les soins qui s’apparentent aux produits de coiffage, … Désormais, il est proposé sur le marché des shampooings 2 ou 3 en 1 qui assurent en un seul geste plusieurs fonctions autrefois présentées en 2 ou 3 flacons. Les produits de coloration sont aussi disponibles sous le format shampooing pour plus de rapidité. Les soins après shampooing et le défrisage sous forme de lissage remportent aussi un grand succès auprès de la clientèle.

Le segment coloration continue à entretenir le dynamisme du marché

Si durant la crise économique, la coloration a un peu perdu de sa luminosité sur le marché des capillaires, la tendance a repris ces 3 dernières années. La nouvelle formule de la coloration sans ammoniaque, l’aspect soin protecteur qui y est associé et enfin une qualité de couleur exceptionnelle a boosté le marché de la coloration. Les grandes marques misent alors sur la nouveauté des produits et leurs performances, la facilité de l’utilisation à domicile, et sur l’esprit d’innovation qui séduisent de plus en plus les consommatrices.

Le lissage, le nouveau moteur turbo du marché des produits capillaires

La créativité et l’innovation dans le domaine de la coiffure ne sont pas encore prêtes de s’essouffler ! En effet la nouvelle génération des produits de lissage capillaire a remporté un succès monstre dès son lancement. Finis les frisottis, adieu les cheveux crépus, place à la chevelure parfaitement lisse en toute saison ! Même à la plage, au bord de la mer, les femmes seront fières de leurs beaux cheveux lumineux et lisses. Les spécialistes ont trouvé la formule gagnante qui révolutionnera le marché des produits capillaires : le lissage brésilien (encore appelé défrisage brésilien). Cette formule magique pour les cheveux rebelles et indomptables avec ses accessoires prometteurs de soins et de longue durée est la plus grosse tendance capillaire du moment.

Un marché désormais plus florissant

Avec les formules à domicile symbolisées par les différents kits de lissage, de coloration, … le marché des produits capillaires est dorénavant en plein essor. Il ne reste plus qu’à espérer que les attentes toujours plus exigeantes des consommateurs puissent être toujours devancées par l’esprit sans cesse innovateur des professionnels du métier.

 

20
Jan

Le marché des bijoux de luxe

Bague sertie de diamant, pendentif en or massif et avec incrustation de pierre précieuse, nous parlons là de bijoux hors de prix, plus précisément de bijoux de luxe. Il faut savoir que le secteur de la bijouterie joaillerie de luxe est en pleine mutation actuellement. En effet, les grandes maisons doivent faire face à de nombreux défis. Les détails.

Un enjeu créatif de plus en plus important

Il fut un temps où la bijouterie-joaillerie était un domaine exclusif. Actuellement, le marché est influencé par les maisons de luxe et de mode ainsi que les créateurs. Face aux demandes de la clientèle, les bijoux de luxe deviennent plus créatifs et plus originaux. Certaines maisons lancent ainsi plusieurs collections chaque année tout en rajoutant de nouvelles créations à leurs collections existantes. Face à cette croissance des volumes, les maisons joaillières ont recours soit à la sous-traitance, soit à l’externalisation totale soit à la licence pour réduire les coûts de fabrication des bijoux de luxe qu’ils créent. Au niveau de la distribution, de plus en plus de maisons ont lancé leur boutique sur internet. Les maisons de bijouterie-joaillerie se lancent également dans l’internalisation de leur activité pour élargir leur clientèle.

Un marché croissant depuis 2010

Le luxe est encore un secteur qui se vend bien. Pour preuve, le marché de la bijouterie de luxe et de la haute joaillerie accuse une importante croissance depuis 2010. Il faut savoir que ce domaine est devenu l’apanage de nombreuses maisons et groupes de luxe. L’application de la politique de brand stretching dans le domaine de la bijouterie-joaillerie de luxe a attiré de nombreuses grandes maisons lifestyle. Ainsi des marques comme Louis Vuitton et Gucci développent leurs propres collections de haute joaillerie, tout en investissant dans des ateliers de haute joaillerie. D’autres marques comme Chanel ou Versace ont ouvert des boutiques dédiées. Les acquisitions réalisées par les leaders du luxe ont aussi bouleversé la donne. Ainsi, depuis le rachat d’Harry Winston, le groupe Swatch est désormais en pole position sur le marché. A coté de ces grandes maisons réputées internationalement, des petits créateurs émergent ou se lancent (comme récemment la marque TroisBis) mus par le désir de percer à leur tour dans l’univers de la joaillerie.

Marché de la bijouterie-joaillerie de luxe : un secteur en pleine reconfiguration

La croissance du marché de la bijouterie de luxe et la joaillerie haut de gamme n’est pas prête de s’arrêter. Selon les spécialistes, les opérations de fusions et d’acquisitions vont encore se poursuivre. Il faut dire que de nombreuses maisons sont encore familiales. Pour être compétitif, elles ont besoin d’un investissement important et doivent de ce fait s’allier avec un grand investisseur pour pouvoir se développer. Dans les années à venir, il faut donc s’attendre à l’apparition de nombreuses boutiques issues d’une fusion entre une maison familiale et un grand groupe.

Le marché de la bijouterie de luxe et de la joaillerie haut de gamme ne connait pas de crise en ce moment. En effet, le luxe est un secteur qui se vend beaucoup en ce moment avec l’émergence de nouveaux riches. Toutefois pour pouvoir être à la hauteur de cette croissance, certaines maisons de joaillerie familiales sont obligées de s’allier avec un groupe qui investit dans le haut de gamme.